lettre des verts aquitaine

Publié le par COMPAY

 


La lettre d'Information des Verts Aquitaine à destination des militants et sympathisants
n°42 • semaine du 15
au 21 décembre  2007
Si la
lettre ne s'affiche pas correctement vous pouvez la lire en ligne : ici
ou bien au format texte : ici

--> Vous ne souhaitez plus recevoir notre lettre d’informations, cliquez ici  <--
(attention vos devez impérativement vous désabonner à partir de l'adresse où vous recevez notre lettre)
ATTENTION IL VOUS RESTE 16 JOURS POUR VOUS INSCRIRE SUR LES LISTES ELECTORALES
Edito

le Protocole de Kyoto a dix ans,
et l'essentiel reste à faire
par Dominique Voynet








Aujourd’hui 11 décembre 2007, le Protocole de Kyoto a dix ans. A ce jour, il a été ratifié par 174 pays, et dernièrement par l’Australie grâce au récent changement de gouvernement.

En dix ans, la prise de conscience des opinions publiques et, sachons le reconnaître, des gouvernements, a progressé. La publication cette année du 4eme rapport du GIEC, le Groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique, a notamment contribué à asseoir définitivement la légitimité scientifique des alertes lancées, et contribué, avec d’autres actions, à l’obligation de prendre en compte, enfin, l’impact de nos modes de vie sur la planète, sur le climat et sur, finalement, nos vies elles-mêmes.

Le déroulement de la treizième conférence des parties, ouverte à Bali le 3 décembre et consacrée à l’après Kyoto, montre pourtant que l’essentiel du travail reste à faire.

Les débats en cours sur le projet de décision finale laissent apparaître une tentation forte de saborder les objectifs contraignants de réduction des émissions de gaz à effet de serre, au profit d’engagements incertains et de vagues promesses de faire mieux. A ce stade, d’après les organisations non gouvernementales présentes sur place, le texte reste très flou sur les moyens et les objectifs de lutte contre la déforestation, pourtant responsable de 18 à 25 % des émissions mondiales de CO2. On se désole enfin de constater que le projet de décision n’est, à cette heure, pas complété par un programme de travail précis, fixant les étapes des négociations à venir pour préparer l’après Kyoto.

Ministre française de l’Environnement en 1997, je conduisais la délégation européenne à Kyoto lors des négociations qui ont abouti à la mise en place du Protocole. J’ai pu mesurer alors les difficultés, dans un contexte où la « négligence climatique » était bien plus forte encore qu’aujourd’hui, et plus sûre de son « bon droit ». J’ai aussi mesuré depuis les progrès accomplis.

Mais  je sais, par expérience, combien il peut être dangereux de ne se satisfaire que de ce qui a déjà été fait.  

La lutte contre les dérèglements climatiques est une course de vitesse, engagée bien avant que les gouvernements ne se décident à bouger – trop peu, très tard, trop timidement. Si nous voulons vraiment réduire les impacts du réchauffement global et limiter l’augmentation de la température globale à 2 ° C, nos engagements doivent être incomparablement plus élevés qu’ils ne le sont ; et ils devront être tenus.

Dominique VOYNET



Bali 3-15 décembre
13e conférence internationale des Nations unies sur le changement climatique

Point de Vue

L’écologie municipale, par l’exemple
par Ronan DANTEC, Vice-président de la FEE, chargé des éluEs urbains Fédération Des Élu-es
Depuis leur entrée dans les conseils municipaux, et tout particulièrement depuis 2001, les élu-es écologistes ont montré qu’ils savaient gérer la ville : intégrer la complexité de la conduite des politiques publiques ; formuler des propositions novatrices à la hauteur des exigences du développement durable urbain ; ne pas perdre de vue, dans le quotidien de la gestion, leurs valeurs de démocratie locale et de co-production permanente avec les acteurs de la cité.

Ainsi, nous avons ces dernières années expérimenté et développé une véritable écologie publique municipale, qu’il nous faut aujourd’hui mieux faire reconnaître.

La rubrique Municipales 2008 s’inscrit dans cette logique : parce qu’aujourd’hui il ne s’agit pas seulement de “savoir-faire”, mais qu’il faut aussi “faire savoir”... Au fil des jours et des articles publiés, vous y trouverez, sous une forme qui se veut claire et lisible, quelques unes des expériences qui ont marqué la période qui se clôt. Ces exemples, qui concernent des villes très différentes et des élu-es qui connaissent des situations variées (dans une majorité, mais aussi parfois dans l’opposition), valent aussi comme des rappels : l’action des élus écologistes ne se résume pas à l’environnement, au sens le plus étroit du terme. Partout où ils sont en responsabilité, les Verts agissent et transforment la façon dont se fait la politique, au plus proche. Champions de la démocratie locale, en pointe sur les questions de transports, d’énergie, d’urbanisme ou de solidarité, ils prouvent aussi qu’ils peuvent modifier en profondeur les politiques sociales, la culture, la gestion de l’eau, l’urbanisme, et même remettre sur pied les services publics... Conçu à la fois comme un document de travail et comme vitrine d’un bilan qui englobe bien d’autres réalisations, il s’adresse aux élu-es écologistes, à celles et ceux qui le deviendront, mais aussi à toute personne qui voudrait en savoir plus sur ce que les Verts ont fait, ces dernières années. Et il y a de quoi.

Alors que l’ensemble du monde politique découvre aujourd’hui le développement durable et l’urgence de la crise environnementale, et à l’heure où certains voudraient se faire apôtres de l’écologie médiatique, il est bon de rappeler que certains nouveaux convertis ont encore du chemin à faire. Nous savons d’autant mieux de quoi nous parlons que avons parfois expérimenté la difficulté de convaincre certains de nos partenaires de gestion municipale de l’intérêt des politiques que nous avancions. Nous avons souvent initié les projets seuls, prenant des chemins de traverse, tenant bon sur nos valeurs et nos idées... Mais à l’heure des bilans, beaucoup semblent vouloir voler au secours de ces victoires. Il s’agit donc aujourd’hui de dire ce que nous avons fait, pour que cela nous soit utile pour l’avenir, mais aussi pour que d’autres ne se l’accaparent pas, le temps d’une campagne. Forts de nos réussites, mais aussi instruits de nos échecs, il nous appartient d’affirmer l’originalité et l’exigence du projet écologiste, nourri d’une expérience de terrain aujourd’hui reconnue.

Fractures sociales urbaines, compétition entre les territoires, gabegie d’espaces et d’énergie, réduction des moyens du service public... Ces évolutions sont inscrites dans les politiques libérales aujourd’hui à l’oeuvre. À nous de montrer et d’affirmer qu’une autre ville est toujours possible. À nous de faire en sorte de le montrer encore, par les actes, dans les années qui viennent.
 Site de la Féfération des EluEs Ecologistes


Ronan DANTEC

Vice-président de la FEE, chargé des éluEs urbains Fédération Des Élu-es



Le défi des épidémies modernes
Comment sauver la Sécu en changeant le système de santé


Les sociétés modernes sont confrontées à une véritable épidémie de maladies chroniques : cancers, maladies cardiovasculaires, obésité et diabète, allergies, affections mentales … Or elles sont très largement évitables, car elles sont la conséquence de notre mode de vie et de notre environnement.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, elles sont responsables de 86 % des décès et représentent 77 % des cas de maladies en Europe. Elles sont ainsi devenues la cause majeure de la crise des systèmes de santé. En France, la « Sécu » a certes permis l’accès aux soins pour tous, mais elle n’arrive pas à répondre à cette crise. Et au nom de la lutte contre le « trou de la Sécu », on cherche donc à convaincre les Français qu’il faudrait remplacer le principe de solidarité par une logique individualiste d’assurances privées.

Mais les solutions libérales sont une illusion, comme le montre André Cicolella dans cet essai rigoureusement argumenté : elles ne répondent pas à la question et ne peuvent, au contraire, que faire empirer la situation. À l’inverse, explique-t-il, il est possible de surmonter la crise en agissant sur les causes environnementales et comportementales des maladies et en sortant du « tout médicament ». Mais aussi en réinventant un système de santé de proximité, un financement plus juste et en instaurant une véritable démocratie sanitaire. Bref, en refondant un véritable système de santé et pas seulement un système de soins.

Suite à la Soirée-débat avec André CICOLELLA, Chercheur et Président de la Commission Santé chez les Verts, qui s’est tenue mercredi soir dernier à Mérignac vous  pouvez écouter une interview de André CICOLELLA sur France Bleue Gironde enregistrée ce mercredi :

Cliquez sur ce lien pour écouter l’interview (au format Real Player, 5 min)

Nous vous rappelons également que son dernier ouvrage vient de paraître :  Le défi des épidémies modernes, comment sauver la Sécu en changeant le système de santé, éditions La Découverte, 2007



 

 

 

 

 

En bref…

OGM : y-a-t il écrit imbécile sur le front des écologistes ?
Communiqué de presse de Yann Wehrling, porte-parole des Verts

Le décret d'application qui suspend la vente de maïs MON810 jusqu'au mois de février est une insulte à l'intelligence des Français et des écologistes. A quoi sert l'interdiction pendant l'hiver de la vente d'une graine qui se sème au printemps ?

Projets autoroutiers maintenus dans leur intégralité, bonus-malus qui épargne la majorité des véhicules produits par les industries françaises, tentative de rendre possible la dissimulation les incidents dans les centrales nucléaires... Après le grand show du Grenelle, pourquoi le gouvernement s'entête-il à prendre des décisions qui réduisent à un niveau ridicule les ambitions du Grenelle ?


 

Pour la Réévaluation du Projet d'autoroute Lango-Pau
Signez l'Appel Aquitain pour la réévaluation du projet d'autoroute Langon-Pau ! 

Nous sommes déjà plusieurs centaines dont les Verts (Monique De Marco, Michel Daverat, Claire Le Lann, Noël Mamère, les Verts Béarn, Pays Basque...) à avoir signé l'appel lancé par l'association ARPL, Alternative régionale Langon- Pau, pour la réouverture de ce dossier de l'A65.

Le combat contre l'A65 prend une nouvelle tournure, nationale, depuis les déclarations du Grenelle. C'est le plus gros chantier autoroutier à venir et les déclarations de Jean-Louis Borloo sur les autoroutes n'auront aucun sens si ce dossier n'est pas rouvert.

Merci de votre clic !

Laure Curvale, Secrétaire des Verts Aquitaine

Le proverbe du Jour : "Grenelle en Octobre, illuminations de Noël dès novembre" *
* vu dans le courrier des lecteurs de Télérama

Vite ! il est encore de s'inscrire et de faire inscrire sur les listes
après le 31 décembre il sera trop tard !
Votez où vous vivez pour mieux vivre où vous votez !

Pour s’inscrire il suffit d’aller à la mairie avec un justificatif de domicile et une pièce d’identité. Vous  n'avez pas le temps ? il suffit d'envoyer quelqu'un avec les documents originaux et muni d'une procuration l'autorisant à vous inscrire  et ce jusqu'au 31 décembre 2007. Le formulaire d'inscription est disponible en cliquant ici.

RFF déraille...
PROJET DE SUPPRESSION DE LA LIGNE BLAYE-ST MARIENS
Après le projet de fermeture de 262 gares de fret, Réseau Ferré de France prévoit maintenant la suppression de 165 km de lignes du réseau secondaire au niveau national, dont 23,7 km en Gironde sur la section de Blaye-St Mariens*.

Le groupe des Verts au Conseil régional d’Aquitaine dénonce ce projet de suppression de ligne en Gironde et demande à RFF non seulement d’annuler sa décision mais aussi d’envisager rapidement les investissements nécessaires à sa rénovation.

Cette décision de fermeture de la ligne Blaye-St Mariens est en fait la suite logique du refus de l’État d’inscrire dans le contrat de projet 2007-2013 les crédits nécessaires à sa rénovation. Mais elle est lourde de conséquences en termes d’aménagement du territoire et de contribution à la résolution des problèmes de congestion automobile de l’agglomération bordelaise, notamment au regard des difficultés des habitants du Blayais qui sont fortement handicapés pour y accéder.

Cette section de ligne Blaye-St Mariens accueille actuellement un trafic de fret marchandises et pouvait être susceptible d’accueillir du trafic voyageur. A ce titre, en 2005, la Région Aquitaine avait mené une étude socio-économique sur la faisabilité de réouverture aux voyageurs de ce tronçon.

Le réseau ferré secondaire, qui maillait autrefois la totalité du territoire français avant le triomphe de l’automobile, a été certes considérablement réduit, mais demeure encore aujourd’hui un pilier incontournable pour la mise en oeuvre d’une nouvelle politique de transport et de déplacement, basée notamment sur le report modal de la route vers le rail des voyageurs et des marchandises.


Une fois de plus, à travers cet exemple, les Verts constatent amèrement que la révolution écologique annoncée par le Grenelle de l’Environnement est bien loin d’être enclenchée. Il appartient au Président Sarkozy et à son gouvernement de mettre en accord ses déclarations avec ses actes. Chaque kilomètre de ligne supprimé par RFF revient à jeter sur les routes des milliers de camions et de voitures.

Quand RFF va-t-il prendre le train du développement durable ?





Le WWF publie son conso-guide des
produits de la mer


Pour Noël, oubliez le saumon sauvage de l’Atlantique, allez-y mollo sur le homard et gavez-vous d’huîtres.

Il ne s’agit pas d’un conseil de nutritionniste mais d’une recommandation environnementale. Le WWF-France lance  un «Conso-guide : pour une consommation responsable des produits de la mer». Un dépliant à glisser dans sa poche et qui classe poissons, coquillages et crustacés en trois catégories : à privilégier, avec modération et à éviter. «Il ne s’agit pas de condamner les pêcheurs mais d’inciter le consommateur à diversifier ses achats, explique Charles Braine, le responsable du programme pêche au WWF. En Europe, 81 % des stocks exploités sont surpêchés.»


Le site Internet vert de la semaine
Municipales 2008
S'épanouir à Villenave d'Ornon
Les Verts de Villenave d'Ornon ouvre leur nouveau site internet. Celui-ci est encore en construction mais vous pouvez déjà y retrouver le programme des Verts pour les prochaines Municipales ainsi que les archives des conseils municipaux de ces 6 dernières années.

Extrait : "Il y a chez les politiques une grande méconnaissance des attentes du public et surtout de l’évolution ce ces attentes. C’est pourquoi notre proposition centrale est d’organiser, à Villenave d’Ornon, dans les meilleurs délais, des « Etats généraux de la culture ». Cette manifestation devrait être précédée d’un diagnostic de l’existant, quantitatif et qualitatif. Ces états généraux devraient être préparés par un groupe de pilotage, ouvert à tous les acteurs culturels de la ville. Ils devront permettre l’expression des responsables politiques, des professionnels mais aussi des usagers des différentes activités culturelles tout en s’entourant de l’avis des gens du métier des différents secteurs de la culture (théâtre, cinéma, livre, musique, muséographie) et des gestionnaires financiers. Ils définiraient une politique culturelle forte pour la prochaine mandature municipale avec la mise en place d’une structure pérenne garantissant le suivi et la totale transparence des financements".

Commenter cet article